Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/10/2014

Le docteur Pierre Abet part aux cantonales pour la droite.

 Abet Pierre.jpg
Pierre Abet sera le prochain candidat à droite des prochaines cantonales de mars 2015.
Photographie : La Dépêche du Midi - D. D.

C'est le docteur Pierre Abet, Limouxin connu et reconnu qui partira briguer ,pour le compte de l'UMP , un poste de conseiller général aux prochaines cantonales.
On peut l'affirmer sans se tromper, si la droite existe à Limoux elle à quelques difficultés à se retrouver et à avancer d'une seule voix. Les choses pourraient bien changer nous dit-on, à grand renfort de publicité sur la place de la République, avec l'arrivée du candidat investi par l'UMP pour les prochaines cantonales de mars 2015, face au candidat sortant du parti socialiste, Pierre Bardies. Le nouveau venu dans l'arène politique locale, est effectivement un enfant du pays, estimé respecté et l'on pourrait rajouter très honorablement connu dans l'ADN limouxine, Pierre Abet. A 54 ans le toubib qui se déplace à vélo a épousé la médecine comme son grand-père, son père ou son frère et c'est inconditionnel du carnaval avoue que ses meilleures sorties ils les a faites avec ses copains des Aïssables, des Limouxins et un certain Pépe Tailhan. Et dans un sourire nous confie qu'en pleine campagne il pourrait bien reprendre le masque juste pour la chine et
parce que l'on est à Limoux, et dans le même esprit il affirme qu'il pourrait partager une partie de chasse comme il l'a déjà fait avec son futur adversaire, Pierre Bardies : «Nous partageons un prénom et cette même passion, la chasse.» Puis l'homme derrière son bureau de médecin revient à l'essentiel de sa démarche et de son engagement : «Je pense que la démocratie est affaiblie par la professionnalisation des hommes politiques, ils ne pensent qu'à leur réélection. Je milite pour un homme, un mandat, une fois. Il faut donner de la place aux volontés de la société civile. Je veux offrir mon expérience, je pense que les partis politiques tels que nous les connaissons sont sur le déclin, je ne suis pas encarté et je remercie la droite de ne pas m'imposer ce carcan. Je suis un homme libre qui a une vraie attirance pour l'écologie sociale mais avec l'idée pragmatique que le collectif ne vaut que lorsqu'il est porté par un homme. Mes valeurs sont la République, ma vision ce sont les hommes et ma volonté, donner une autre dynamique à ce territoire. Tous ceux qui me connaissent le savent je n'ai absolument pas le culte de la personnalité, mon engagement est sincère et sans calcul, ma situation professionnelle est faite. Je partirai comme je suis avec ma vérité et pour rendre la parole aux plus humbles.»

Journal La Dépêche du Midi
Edition du 30 octobre 2014
F. P.

25/10/2014

Elections cantonales à Limoux, Didier Combis ménage encore le suspens.

elections cantonales,limoux,didier combis,didier codorniou

Il était arrivé aux sénatoriales par surprise et sans vraiment être connu dans cette élection éminemment politique et difficile sans l'appui d'un parti. Il a réussi le tour de force avec une équipe restreinte à obtenir le soutien de 10 % de grands électeurs (des élus souvent affidés à une famille politique) parmi les 15 candidats à se présenter. Fort de ce résultat le maire de Magrie, Didier Combis ne désarme pas. Interrogé hier par La Dépêche du Midi, il dit s'être installé dans le paysage politique audois pour y rester et se donne un temps de réflexion pour confirmer s'il est partant aux prochaines cantonales comme il l'avait annoncé avant les sénatoriales : «Je ne suis plus pressé, le contexte a beaucoup changé». Un avertissement sans frais à tous ceux qui pensaient que l'ancien candidat à la chambre haute n'avait fait qu'un passage éclair en politique. Il nous a confié : «J'ai fait du chemin au sens propre et figuré, j'ai beaucoup appris de cette élection et je sais que je veux faire de la politique autrement». Selon nos informations Didier Combis aurait rencontré à plusieurs reprises Didier Codorniou dans le cadre d'un rapprochement politique et amical qui reste encore à confirmer officiellement.

Journal La Dépêche du Midi, Photographie DDM, Edition du 24 octobre 2014, F. P.