Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/09/2014

JEAN-PIERRE TAILHAN, CANDIDAT POUR SON NOMBRIL !

Candidat pour son nombril !

Tailhan Jean-Pierre.jpg

Monsieur Jean-Pierre Tailhan est véritablement un limouxin hors du commun… Il se présente aux élections cantonales contre Robert Badoc qui vient de lui faire octroyer une place professionnelle à l’hôpital local et il fait élire un Serge Granovsky, qui par ailleurs n’ira pas au bout de son mandat de conseiller général !

Le mal est fait cependant et Monsieur Badoc doit, aux municipales qui suivent, laisser sa place… Le proviseur que tout le monde pleure avait « fabriqué » politiquement Jean-Paul Dupré, mal lui en prit. Celui-ci une fois élu, donna à « Pèpe » que l’on surnommait alors « l’Ombre » tant il était dans les pas de Robert Badoc, la possibilité d’être conseiller municipal. Sa fidélité fut telle qu’il obtint un jour l’écharpe d’adjoint … Cela, désormais ne lui suffit plus et son parti, en déliquescence dans la ville, serait disposé à le soutenir s’il devait se présenter aux futures élections, cantonales ou - et - municipales.

Le voici donc investi par Jean-Michel Baylet, ce qui, en l’occurrence lui donne le droit de s’exprimer, comme un aide patron de presse, dans un seul quotidien local !

Jean-Pierre Tailhan est un opportuniste. L’aide porteur de télégrammes, devenu aide soignant, aujourd’hui ceint d’une écharpe tricolore, croit être le maître du jeu, comme le furent  les vrais Radicaux sous la IVe République, mais il ne représente que lui-même !

Paul Genois 

jean-pierre tailhan,robert badoc,serge granvovsky,élections municipales,élections cantonales,jean-paul dupré

 

CAUCHEMAR : VISION D'UN SCÉNARIO CATASTROPHE ! ET SI CE PAUVRE JEAN-PIERRE TAILHAN DEVENAIT UN JOUR MAIRE DE LIMOUX ?

Mensonge.jpg 
Cauchemar : vision d'un scénario catastrophe !
Et si ce pauvre Jean-Pierre Tailhan devenait un jour
maire de Limoux ?
 

La loi sur le cumul des mandats a été votée par les deux Assemblées et validée par le Conseil Constitutionnel. Bien qu'il s'en défende et protège avec le bec et les ongles sa fortune de politicien multimillionnaire, Jean-Paul Dupré ne pourra plus être maire et député à la fois, mais il s'accroche au bord du ravin, comme le ferait un misérable en perdition, en danger de mort !  

C'est fini, l'homme est aux abois ! Jusqu'à ses derniers instants, il aura grugé l'électorat limouxin en faisant preuve d'une rare malhonnêteté intellectuelle. Jacques Bascou avait fait son choix et libéré sa conscience, il voulait rester maire de Narbonne ; Jean-Claude Pérez de Carcassonne, conserve seulement son siège de député. Limoux serait-elle devenue une ville totalitaire, un endroit où le pouvoir ne se partage jamais ? 

Jean-Paul Dupré caresse l'espoir d'une domination sans limites, assimilable à une dictature. Son rêve serait d'influencer l'Assemblée Nationale avec son mandat de député ; de contrôler le Sénat par le biais de son chef de cabinet Gisèle Jourda qu'il promène partout comme un phénomène de foire ; d'avoir en main le Conseil régional au travers de l'action de la vice-présidente Hélène Giral, sa suppléante parlementaire ; de surveiller le Conseil général de l'Aude avec son homme lige, l'inconsistant Pierre Bardiès ; de régenter la Communauté de communes avec son serviteur à tout faire Pierre Durand, entièrement dévoué à la basse besogne ; de régner sur la ville de Limoux par l'intermédiaire du pâteux Jean-Pierre Tailhan qui deviendrait calife à la place du calife ; et pourquoi pas d'administrer le Monde ! 

Quand nous songeons au triste déclin de la ville que nous aimons, il nous arrive d'avoir quelques visions cauchemardesques. L'heure est enfin venue ! Jean-Paul Dupré doit appliquer les lois de la République et choisir sans délai entre son mandat de maire et celui de député de la troisième circonscription de l'Aude. 

Contraint et par force, il doit démissionner à crève-cœur de l'une ou l'autre fonction. Il choisit de conserver la députation et d'abandonner la ville de Limoux ruinée, accablée par les charges, les impôts, le chômage, les mis en tutelle et curatelle, les Rmistes et autres misères sociales qui affluent de tout le département et de la France entière. 

Notre réveil est pénible, l'hypothèse est tragique. Nous voyons l'adjoint assigné jusque là au rôle peu avouable de petit rapporteur, s'emparer de l'écharpe du premier magistrat ! 

Mais à bien réfléchir cependant, le cauchemar pourrait devenir réalité ! Ne voyons-nous pas depuis quelques jours le sinistre Jean-Pierre Tailhan chaussé de superbes lunettes, assis ou debout à la droite du seigneur tout puissant, porteur au revers d'une décoration, vêtu d'un costume digne de sa nouvelle fonction, cravaté au logo de l'Assemblée nationale, penché sur les dossiers noirs de la mairie qu'il essaye de lire et de comprendre ! 

Nous le disions le 11 mars 2014 : voter Dupré revient à voter pour un autre ! Voter Dupré consiste à voter pour une ombre ! Voter Dupré aujourd'hui, c'est installer demain l'inimaginable Jean-Pierre Tailhan, après avoir violé les lois de la République !  

Gérard JEAN
2014.09.15

jean-paul dupré,jean-pierre tailhan,gisèle jourda,pierre durand,pierre bardiès,hélène giral

jean-paul dupré,jean-pierre tailhan,hélène giral,jean-claude pérez,jacques bascou,pierre durand,pierre bardiès,gisèle jourda,cumul des mandats
Comme le célèbre grand vizir Iznogoud de la bande dessinée,
Jean-Pierre Tailhan
deviendrait calife à la place du calife
après la démission du maire Jean-Paul Dupré !
Cauchemar ou insulte à la démocratie ?
C'est fini.jpgjean-paul dupré,jean-pierre tailhan,hélène giral,jean-claude pérez,jacques bascou,pierre durand,pierre bardiès,gisèle jourda,cumul des mandats

27/05/2014

LE "COLOSSE" CHANCELLE !

 Le « Colosse » chancelle ! 

jean-paul dupré,eric andrieu,parti de la rose fanée,élections européennes,25 mai 2014,jeunesses socialistes,colosse aux pieds d'argile 

jean-paul dupré,eric andrieu,parti de la rose fanée,élections européennes,25 mai 2014,jeunesses socialistes,colosse aux pieds d'argileLe « Colosse » du parti socialiste audois, celui qui drainait tant de voix, celui qui se déclarait « premier élu socialiste de France », aurait dû lors des élections municipales sentir le vent du boulet... Colosse aux pieds d’argile, il a été bousculé dans ses certitudes et fier - comme toujours - de sa réélection, il n’a pas tenu compte de l’avertissement donné.
Le député-maire ne bat la « campagne » que pour lui-même et non pour son parti. De fait, il fut absent lors de cet engagement politique pour l’Europe. Cela ne l’intéresse pas et Éric Andrieu, seul candidat audois, a dû faire sans les pseudos ténors du parti de la rose fanée, aidé seulement par les jeunesses socialistes qui ont encore des rêves plein la tête.
Ceux-ci se dissiperont vite, dès qu’ils auront fait la différence entre leurs aspirations et les applications politiques de ceux qui, à l’exemple de Dupré, légifèrent au parlement français et entérinent les décisions européennes.
Alors le vote de dimanche est sans appel ! Toute la circonscription du député PS a voté Front National, tout Limoux à l’exception du bureau de Saint-Antoine a voté Bleu Marine.
Le « Colosse » ne tient plus debout. Avec 21,9 % des voix obtenues à Limoux, et encore moins sur l’ensemble de sa circonscription, comment peut-il encore croire en sa légitimité politique ? Un retrait honorable serait souhaitable. 

Jacky Daguine
2014.05.27

Statue s'écroule.jpgjean-paul dupré,eric andrieu,parti de la rose fanée,élections européennes,25 mai 2014,jeunesses socialistes,colosse aux pieds d'argile