Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/09/2014

Et si les élus socialistes boulimiques se réveillaient enfin et accordaient leurs voix au plus courageux d'entre eux !

 Combis-Robert.jpg
Le candidat Didier Combis et sa suppléante organiseront prochainement une conférence de presse pour présenter la souriante Mireille Robert de Pieusse, directrice d'école primaire.
Photographie : La Dépêche du Midi - Didier Donnat. 

Didier Combis, un trublion qui peut changer la donne.

Une nouvelle donne pourrait servir la candidature du maire de Magrie, Didier Combis parti en dissident du parti socialiste et bénéficiant d'un nouveau paysage audois.
En coulisse la campagne des sénatoriales (le vote aura lieu le 28 septembre 2014) bat son plein et chacun fourbit ses armes. Les candidats déclarés comme la candidate désignée par le parti socialiste, Gisèle Jourda, seule candidate aux primaires en remplacement du sortant Marcel Rainaud, ce que contestait d'ailleurs l'ex PS Didier Combis devenu depuis candidat dissident puisqu'il avait vu, disait-il, sa candidature à la mandature refusée à l'intérieur du parti socialiste. Le maire de Magrie depuis 18 ans, a donc pris son bâton de pèlerin pour apprivoiser les grands électeurs du territoire, 428 maires et le triple de conseillers municipaux pour les rallier à sa cause avec toujours dans sa foulée la conseillère municipale de Trèbes, Gisèle Jourda également à la chasse aux voix. Ils ont passé leur été à arpenter l'Aude de long en large, visitant chaque commune, les plus petites et les plus reculées pour compenser leur déficit d'image. Pour le sortant du littoral, Rolland Courteau quasiment assuré de retrouver son fauteuil au sénat à moins d'un cataclysme, la période estivale a dû être plus calme, quoique l'homme est un bâtisseur, avec ou sans élection, le Narbonnais est un éternel travailleur. Dans l'Aude deux postes sont donc à pourvoir pour le palais du Luxembourg, deux sièges qui reviendraient naturellement aux socialistes, la couleur dominante du département. Mais depuis l'incursion dans cette campagne du trublion Didier Combis en janvier, les conditions d'une victoire du parti socialiste sont moins évidentes et ce n'est pas la popularité du président Hollande qui aidera à la reconquête. Il ne faudra pas compter non plus sur les villes audoises tomber dans l'escarcelle de l'UMP : Narbonne, Carcassonne, Quillan… la gauche a perdu de son influence stratégique même s'il elle garde les cordons de la bourse avec des intercommunalités toujours plus influentes adossées à un département en questionnement, réforme oblige. Dans cette élection éminemment politique l'UMP a attendu de voir, comme au poker, pour abattre ses cartes. Elle présentera ses candidats le 30 août. On pense au maire Thierry Leguevaques, de Saint-Michel-de-Lanès et à Monique Ching, 1re adjointe au maire de Leucate. Les écologistes devraient être de la partie avec un candidat ainsi que les communistes. Une nouvelle donne qui rebat les cartes pour tous les candidats dans une élection finalement plus compliquée qu'il n'y paraît .

La Dépêche du Midi
Edition du 21 août 2014
F.-P.

Les commentaires sont fermés.