Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/04/2014

LE BON SOLDAT !

Le bon soldat ?

Déjà canonisé, le bon soldat Dupré, va bien évidemment, voter pour son Pape ! Pas question de ne pas être au « garde-à-vous », le petit doigt sur la couture du pantalon.
Ainsi donc, votre député va voter comme un mouton et sans aucune réflexion pour ce que l’on appelle sans humour un « pacte de solidarité ».
Merci pour les retraités qui ont le malheur de toucher plus de 1200 € par mois quand on sait - par exemple - que M. Sarkozy coûte plus de 1.500.000 euros par an aux contribuables... et que de cela, il ne dit rien !
Le soldat Dupré obéit aux ordres et surtout ne se révolte pas contre ce pouvoir qui exaspère, paradoxalement, ceux qui votent pour lui ! Il est ainsi à double face : « Ange et Démon ».
Décidément que faudra-t-il dire et écrire pour que les Limouxins ouvrent les yeux sur l’ambiguïté d’un personnage qui n’a de cesse de leur mentir... et de flagorner (de flatter) de manière outrancière son ego en pérorant (discours ennuyeux) à l’occasion !
Seule une dissolution de l’Assemblée Nationale pourrait le renvoyer sur d’autres bancs... ceux où l’on apprend à être probe (honnête)... ceux de l’école primaire !

Paul Génois
2014.04.26

Laissez-vous guider.jpgsocialisme,politicien jean-paul dupré,combien gagne,millions d'euros,laissez-vous guider,limoux(ps) pour toussocialisme,politicien jean-paul dupré,combien gagne,millions d'euros,laissez-vous guider,limoux(ps) pour tousRose socialiste fanée.jpg

 

Ces élus qui nous ruinent : Dupré, Durand, Bardiès et consorts, politiciens enrichis par la politique, prenez de la graine !

Le conseiller général Stéphane Linou, veut « s'ancrer dans la réalité », en « donnant un coup de main » à ceux qui travaillent sur son canton.

Linou Stéphane1.jpg
"Les élus ne mesurent pas le degré d'exaspération et d'incompréhension que les gens éprouvent envers eux"
Photographie : Journal L'Indépendant - D. R.

Parce que le conseiller général du canton Castelnaudary Nord, Stéphane Linou, souhaite ne pas être "coupé de la réalité" de ceux qu'il représente, il vient d'annoncer qu'il s'apprête à se placer dans la "réalité du travail" de tout un chacun. "Durant deux demi-journées, le matin et l'après-midi, je serai en immersion totale avec des associations, des entrepreneurs, des commerçants etc., pour vivre le quotidien des gens qui travaillent sur le territoire. Par exemple, chez un restaurateur, je peux suivre son approvisionnement et ensuite travailler dans les cuisines…». Soit une démarche singulière de la part d'un élu et, en tout cas une façon de lutter contre les conséquences du pouvoir qui, dans les faits, a tendance à faire "décoller" de la réalité, n'importe quel être humain…

Être proche de "la réalité sociale du territoire"

Le conseiller général explique que sa démarche entre dans une logique de continuité, en rappelant qu'il s'est impliqué à titre personnel en tant que "locavore", de la même façon qu'il le fait auprès des citoyens, comme pompier volontaire, de façon à voir "la réalité sociale du territoire, tant dans les villes que dans les campagnes". Son projet est prévu pour être appliqué sur les 21 communes de son canton, y compris à Castelnaudary, avec le souhait de "commencer le plus tôt possible, en fonction de la programmation des conseils municipaux des villages". Car, après son "coup de main" auprès des travailleurs, Stéphane Linou envisage de faire en sorte que les personnes avec lesquelles il aura travaillé, soient invitées à rencontrer le conseil municipal. Il veut également proposer une permanence, en fin d'après midi, dans la mairie de la commune sur laquelle il officie. "Je souhaite recevoir les administrés, recevoir leurs questions, leurs propositions, leurs idées, leurs remarques".

Crédibilité

Sera-t-il rémunéré pour ses prestations ? "Non, bien sûr". Stéphane Linou qui, durant la dernière campagne municipale, a proposé de baisser de 10 % les rémunérations des élus (lire en encadré), la somme récoltée voulant servir "à amorcer la pompe à des cofinancements de projets", affirme "qu'il n'y a aucune raison pour que l'on ne demande qu'à la seule population, de faire des efforts". Combien gagne-t-il en tant que conseiller général ? "1 663 € nets sur 12 mois, les frais de déplacements pour le territoire des 21 communes étant compris dans ce salaire. Avant que je ne me mette en congé sans solde, comme salarié de la communauté de communes (Cdc), je percevais 1 800 € nets. Mon projet est dépourvu de toute démagogie, pas plus que de populisme : si nous ne sommes pas exemplaires, alors nous ne pouvons pas être crédibles".

Journal L'Indépendant
Edition du 26 avril 2014
Pierre Meunier.

27/04/2014

Dupré, Durand, votre (notre) patrimoine fout le camps : l'incroyable état de délabrement du complexe sportif Louis Trémesaygues !

Quand une élue d'opposition se fait traiter de menteuse
par le maire Jean-Paul Dupré,
en séance publique du Conseil municipal,
à propos de l'entretien des installations sportives ! 

P1130485.JPGP1130486.JPGP1130482.JPGP1130477-1.jpgP1130474.JPGP1130475.JPGP1130480.JPG
P1130463.JPGP1130459.JPGP1130460.JPGP1130457.JPGP1130456.JPGP1130455.JPGP1130452.JPGP1130451.JPG
Des installations d'un autre âge :
les parents sont-ils conscients ou socialistes aveugles ?

La promiscuité de l’eau, de l’électricité, des garçons et des filles, la saleté repoussante, l’emplacement des extincteurs non vérifiés, le délabrement des bâtiments, la dangerosité des appareils gymniques, ne doivent pas tout à fait répondre aux exigences élémentaires de sécurité !

Monsieur le président national des Missions locales pour l'emploi n'assume pas ! Chez nous, en mars 2014, 20 chômeurs de plus chaque jour !

 pôle emploi languedoc-roussillon,observatoire statistique,mars 2014,24229 chômeurs en catégorie a,33687 chômeurs en catégories a,b,c,jean-paul dupré,missions locales pour l'emploi 

Cumul des mandats :
"Qui trop embrasse mal étreint"

Ohé, Ohé capitaine Dupré,
réveillez-vous, le bateau coule !

Chez nous, en Mars 2014 :
20 chômeurs de plus chaque jour !
Situation tragique.
Jean-Paul Dupré, président national des Missions locales pour l'emploi, abandonne le navire à la dérive !
La ville de Limoux frôle le record national des sans emploi !

Pôle Emploi - Logo.jpg
Mars 2014 - Aude 
Hausse de 1,8 % par rapport à fin février 2014 en cat. A

Fin mars 2014, dans le département de l’Aude, 24 229 personnes sont inscrites à Pôle emploi en catégorie A.

Ce nombre est en hausse de 1,8 % par rapport à fin février (soit 428 demandeurs d’emploi supplémentaires). Sur un an, il augmente de 6,3 %. Sur l’ensemble de la région, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A augmente de 0,6% par rapport à février (+5,4 % en un an).

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C s’établit à 33 687 dans l’Aude fin mars 2014. Ce nombre affiche une hausse de 1,8 % par rapport à février (soit 596 demandeurs d’emploi supplémentaires). Sur un an, la hausse est de 4,2 %. Sur l’ensemble de la région, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C augmente de 0,5 % par rapport à février (+4,3 % en un an).

Source :
Observatoire Statistique Pôle Emploi Languedoc-Roussillon : 2014.03

 pôle emploi languedoc-roussillon,observatoire statistique,mars 2014,24229 chômeurs en catégorie a,33687 chômeurs en catégories a,b,c,jean-paul dupré,missions locales pour l'emploipôle emploi languedoc-roussillon,observatoire statistique,mars 2014,24229 chômeurs en catégorie a,33687 chômeurs en catégories a,b,c,jean-paul dupré,missions locales pour l'emploi

Le nombre de chômeurs en hausse au mois de mars, dans l'Aude et les Pyrénées-Orientales.

emploi,hausse du chômage,jean-paul dupré,président national,missions locales pour l'emploi,aude,pyrénées-orientales,mars 2014,catégorie a,32040 personnes sans emploi,catégories a,b,c 

Sur un mois, l’augmentation reste modérée avec + 0,7% de demandeurs d’emplois (cat. A) dans les P.-O. par rapport au mois de février dernier, soit 32040 personnes sans emploi inscrites à Pôle Emploi à la fin du mois de mars.

Mais sur un an, l’orientation devient plus significative dans la mesure où le nombre de chômeurs grimpe de plus de 6,6%, passant de 30069 à 32040 entre mars 2013 et mars 2014.

Sur deux ans, le nombre de chômeurs a explosé de plus de 30%.

Des statistiques dans le rouge, d’autant plus si l’on se tourne vers les chômeurs des catégories A, B, C c’est-à-dire ayant exercé une activité au cours des derniers mois. On s’aperçoit en effet que les demandeurs d’emplois toutes catégories ont gonflé de plus de 2000 personnes en un an, passant de 41381 à 43695 chômeurs.

Journal L'Indépendant Edition du 27 avril 2014 M. Mehr.

26/04/2014

LA TROISIEME "CANONISATION" ?

 La troisième « canonisation » ? 

 Athée, Républicain, grand défenseur de la séparation de l’Église et de l’État, le premier Consul de France va donc assister à la canonisation de Jean-Paul II à Rome... Sa présence sera reconnue par le bon peuple laïc comme une offense aux fondamentaux de notre Constitution.
Mais pour se racheter, il prendra au retour... car si « tous les chemins mènent à Rome », ceux qui permettent de revenir sont sinueux (!), la direction de Limoux et là, sans doute canonisera t-il notre Jean-Paul local qui n’a de cesse de porter sa bonne parole en tous lieux et de prêcher ses unilatérales décisions.
Car il est ainsi Jean-Paul, c’est le bon apôtre qui reprend où il le peut le témoignage des miracles vus de ses propres yeux : « les pauvres seront les premiers au royaume céleste ! »
Et oui, payez vos impôts et vous accéderez aux cieux. Décidément le « sabre et le goupillon » font toujours bon ménage... pourvu que les riches n’aient pas à pâtir des tolérances quelque peu laxistes de la République.
Après 37 ans d’apostolat, Jean-Paul sait qu’il commence un chemin de Croix qui le mènera non pas vers le « salut public », mais comme Robespierre qui imposa l’ « Être suprême »...vers l’échafaud... politique. 

Jean-Paul Gnose
2014.04.26 

jean-paul dupré,canonisation,jean-paul 2 à rome,37 ans d'apostolat,chemin de croix
Certains à Limoux voudraient canoniser Jean-Paul V avant la fin de son règne !
Nous pensons qu'ils exagèrent !

Européennes : le Carcassonnais Florian Travello sur la liste UMP.

Travello Florent.jpg
Florian Travello (à droite de Mme Alliot-Marie), candidat aux Européennes.
Photographie : Carcassonne Nathalie Amen-Vals.

Le Carcassonnais Florian Trallero figurera très certainement sur la liste UMP de la grande région Sud-Ouest pour les Européennes. En visite ce vendredi après-midi dans la préfecture audoise, Michèle Alliot-Marie, tête de liste, a indiqué que "Carcassonne sera bien représentée", pour ce scrutin. 
Florian Trallero est la responsable de la circonscription pour les Jeunes populaires. Âgé de 20 ans, il est étudiant à Toulouse, dans l'assurance. Il a participé à sa première élection en mars, sur la liste d'Isabelle Chésa au premier tour. Au second tour, après la fusion avec la formation de Gérard Larrat, Florian Trallero avait dû laisser sa place. 
L'annonce officielle de la composition de la liste devrait intervenir en fin de semaineprochaine. L'élection aura lieu le 25 mai. 
Après une réunion à la permanence UMP à Carcassonne, Michèle Alliot-Marie est allée arpenter les rues de Carcassonne avant un café politique à la Comédie, dédié aux élections européennes. 

Journal L'Indépendant
Edition du 25 avril 2014

A Limoux, Jean-Didier Carré vote contre le budget de la ville pour des raisons nationales !

Après une semaine de réflexion, le leader du Front de gauche à Limoux, Jean-Didier Carré, conseiller municipal de l'opposition, souhaite expliquer largement son choix de vote contre le budget communal :

Logo rond à gauche enfin1.jpgÀ travers mon vote, il ne s'agit pas de sanctionner les dépenses faites par la commune de Limoux pour l'aménagement des rues, des écoles, ni pénaliser les nombreuses associations sportives ou culturelles qui ont besoin de subventions pour exister. S'il n'était que de ces questions-là, j'aurais sans doute voté pour… Mon intervention ne se situe pas non plus sur le front ridicule de l'opposition systématique, mais au niveau des conséquences financières locales de décisions prises au niveau national. Le gouvernement, via son Premier Ministre, M. Valls, a décidé de renforcer le «pacte de responsabilité» avec les grandes entreprises, leur fournissant ainsi plus de 30 milliards d'aides publiques sur trois ans. Dans le même temps, le «pacte de solidarité» de 50 milliards (dont 10 milliards ponctionnés directement aux collectivités territoriales), qui permettrait de faire baisser la dette nationale, va obliger les collectivités territoriales, dont les communes, à sacrifier des aides dont elles ne bénéficieront plus. En d'autres temps, tous les sympathisants de gauche se seraient soulevés comme un seul homme face à une politique d'austérité que même M. Sarkozy n'aura pas osé mettre en place.… Au niveau de la ville de Limoux, ce sont 130 000 € qui seront retirés du budget ! C'est inacceptable ! Pire ! L'avenir nous montrera combien ce dispositif est économiquement inefficace et surtout combien il est humainement injuste, tant au niveau local qu'au niveau national.

Journal La Dépêche du Midi
Edition du 26 avril 2014
Propos recueillis par Françoise Peytavi.

25/04/2014

Emmanuel Bresson appelle André Viola à demander la démission du socialiste Pierre Authier, vice-président du Conseil général de l'Aude, en charge des finances.

Aude :
Polémique autour d'un supposé "fichage" politique des maires. 

Après les municipales, plusieurs maires nouvellement élus se sont vu demander leur étiquette politique par Pierre Authier, vice-président du conseil général de l’Aude chargé des finances.
Au début du mois d’avril, moins d’une semaine après la proclamation des résultats des élections municipales, un certain nombre de maires nouvellement élus et n’ayant pas déclaré d’étiquette politique ont reçu un courriel peu habituel, accompagné d’un tableau à « renseigner », tout aussi singulier. Un courriel porté à notre connaissance et révélé par nos confrères du Midi Libre, jeudi, qui demande à ces nouveaux premiers magistrats leur nom ainsi que celui de leurs adjoints, « du ou des délégués à l’intercommunalité », mais pas seulement…

Une démarche jugée « limite »

Certains maires sont dans l’incompréhension. L’un d’eux réagit. 

Parmi les destinataires de cette demande de renseignements pour le moins atypique, certains maires s’étonnent de cette volonté de lister les appartenances politiques de chacun. A l’image de cet élu du Limouxin qui n’a « pas répondu à cette sollicitation ». Et pour cause, il « connaît l’appartenance » de son « conseiller général, et il connaît la mienne ». Voilà pour le fond.
En ce qui concerne la forme, en revanche, l’élu estime qu’il s’agit là d’une démarche « un peu limite » dans le sens où il « ne voit pas bien quelle est l’utilité de connaître l’appartenance politique d’un élu », ni « à quoi pourrait bien servir » la collecte d’un tel renseignement. Et de concéder que la question d’un éventuel “choix” dans l’attribution de subventions de la part du conseil général lui est venue à l’esprit, estimant qu’« on peut évidemment se poser la question… »
En effet, ledit tableau comporte une entrée supplémentaire, invitant les élus à faire part de leur appartenance politique. Avec, dans le cas des « élus non-inscrits à un parti politique » la préconisation d’un choix « parmi les sigles suivants : sympathisant PS ; sympathisant UMP ; Divers G ou Divers D ». Demande formulée afin de collecter « des renseignements » pour « faciliter nos relations ».

« Je conteste la suspicion autour d’un fichier qui pourrait être établi »  

Une demande qui n’a pas manqué de provoquer des réactions au sein de la classe politique, et qui pose certaines questions. A commencer par celle d’un éventuel “fichage” politique. Car l’expéditeur de ce mail n’est autre que Pierre Authier, actuel vice-président du conseil général en charge des finances et membre éminent du Parti socialiste audois.
Un courrier numérique que Pierre Authier a signé de son nom, et assume pleinement : « J’ai adressé ce courriel aux élus de mon canton uniquement. C’est quelque chose que je fais depuis longtemps, et jusqu’ici, personne ne s’en est offusqué ». Quant à un supposé “fichage” politique, celui qui est élu au Département depuis 1982 et actuel conseiller général du canton de Saint-Hilaire s’insurge : « Je conteste la suspicion autour d’un fichier qui pourrait être établi pour servir ou non des maires selon leur couleur politique ».
Et d’affirmer que « le terme “apolitique” n’est pas recevable, car un maire est responsable d’une gestion, mais aussi d’une politique menée. De plus, ce n’est pas l’appartenance politique qui définira notre collaboration. Je précise également dans ce courriel qu’une réunion s’impose pour discuter de nos relations futures ».
Du côté du service communication du conseil général, la réponse se veut « simple », en estimant qu’il s’agit d’une « double inexpérience », de la part de Pierre Authier en utilisant son adresse du conseil général, mais aussi des nouveaux maires « peu habitués aux relations » entre communes et Département. Même si l’on affirme qu’il s’agit « sans doute d’une démarche totalement nouvelle ». Et de conclure que si « son initiative a pu apparaître comme celle du conseil général, ce n’est pas le cas ». 

Bresson (UMP) : « J’appelle André Viola à demander la démission de Pierre Authier » 

Emmanuel Bresson, le président de l’UMP de l’Aude, n’a pas mâché ses mots, jeudi, à l’heure de réagir à l’envoi de ce courrier. « Lorsque j’ai eu connaissance de ce mail, je n’en croyais pas mes yeux. Il s’agit d’une grave atteinte à la liberté de penser. A la lecture de ce mail, on a l’impression que l’étiquette politique a une importance dans le devenir des relations de travail entre ces maires et le conseil général ». Emmanuel Bresson qui enchaîne en employant les grands moyens : « Je dénonce haut et fort ces pratiques, et je vais même plus loin en appelant, au nom de l’UMP, Monsieur André Viola à demander la démission de Pierre Authier de ses fonctions », estimant par ailleurs que « des fonctionnaires du conseil général ont été associés à cette manœuvre ». Le président de l’UMP dans l’Aude estime par ailleurs qu’il « s’agit là de pratique avec lesquelles il serait bon de rompre totalement ».
Sollicité par téléphone, le président du Conseil général, André Viola, n’a souhaité faire « aucun commentaire » estimant qu’il s’agit là d’une « initiative personnelle limitée au canton de Pierre Authier ».

Journal L'Indépendant
Edition du 25 avril 2014
Benjamin Seyer
 

Authier Pierre.jpg
Un courriel envoyé sur initiative personnelle de Pierre Authier, via la boîte mail de son secrétariat au Conseil général de l'Aude.
Photographie : Carcassonne - Claude Boyer.

LE SULTAN "DONNE" NOTRE ARGENT !

 Le Sultan "donne" notre argent !

Y a t-il vraiment, de la part du « Sultan de Davejean » - sultanat de 113 habitants en plein cœur des Corbières - l’intention de restreindre quelque peu les dépenses pour envisager la diminution des impôts sur son nouvel Émirat limouxin ?
Question récurrente qui n’a de cesse d’interpeller le petit peuple brimé par le fait du Prince, mis en état de servage par la ville et le royaume dont il est le représentant.
Il eut été pourtant facile d’économiser à Limoux plus de 250.000 euros sur le budget ! En six ans, les subventions attribuées aux associations... à certaines associations factices, artificielles, spécieuses, ont augmenté de plus de 220.000 euros !
Nos impôts seront encore majorés cette année de 42274 euros, car le clientélisme électoral exige que l’on vienne en aide à ces groupuscules qui se créent chaque jour qui passe !
Ont-ils une longue existence ? Ont-ils fait la preuve de leur utilité publique ou déroulent-ils simplement le tapis du Sultan ? Ils ne méritent pas l’argent pris dans la poche des « fellah » !
Les gueuletons payés avec les subventions sont des dotations de complaisance qui n’ont aucune justification, sinon celle de donner à ce petit peuple des jeux fort onéreux.
Il faut que cela cesse et que chacun prenne conscience que des économies sont possibles si le Sultan quitte son tapis-volant et revient sur terre, pour consulter ses neufs vizirs (ministres locaux) considérés comme adjoints.    

Jacky Daguine
2014.04.24

Clientélisme.jpg

19/04/2014

IL A LE TRAC, LE TSAR !

Il a le trac, le Tsar !

La première véritable réunion du Conseil municipal a montré la couleur... La vedette sort de sa loge et entre en scène sans un salut pour les autres acteurs de la pièce déjà écrite par elle-même !
Pourtant la vedette a le trac, elle est blanche comme neige face aux « sept nains » : cette peur blanche la conduit à une colère noire dès lors que ses monologues ne sont pas salués comme elle l’espérait. L’acteur cabotine dès lors et sort de son texte : les tirades n’ont plus d’effet et une seule répartie d’un « nain » lui fait perdre sa miteuse éloquence.
Que dit-il à cette « outrancière » ayant osé prendre la parole pour dénoncer une lacune dans le fonctionnement d’une installation municipale : « vous êtes une menteuse » ! Cela en séance publique ! Une élue traitée ainsi en séance publique !
La pseudo Star devient alors le Tsar et proclame son oukase, c’est-à-dire sa décision arbitraire : « je vous interdis de parler » !
Chacun peut donc apprécier comment fonctionne désormais la démocratie au sein du nouveau Conseil municipal. Et malheureusement ce n’est pas fini. Mais ceux qui représentent 48 % de la population limouxine n’ont pas fini non plus d’ouvrir les yeux, les oreilles et la bouche à l’inverse des vingt-cinq autres « petits singes »... bien sages !

Jacky Daguine
2014.04.18 

le tsar,trac,élue menteuse,je vous interdis de parler

16/04/2014

Les invités à 250 € ! Avec cette somme, on fait manger une famille pendant deux semaines !

Les invités à 250 € ! 

Pour qu’une cour fonctionne au doigt et à l'œil, il faut savoir la flatter et de temps à autre saisir l’opportunité de l’inviter aux festins du Roi... Les courtisans savourent l’instant, savourent les plats, apprécient l’invitation du Sire des lieux et ne se posent aucune question pour savoir lequel a payé cette grande faveur d’être assis(e) à la table du Sire.
Et c’est le petit peuple qui, sans avoir les moyens de participer à ces agapes étoilées, paie pour des courtisans qui se « Panurgent » sur leurs impôts !  C’est ainsi que fonctionnent les gens de gauche d’aujourd’hui : en prenant l’argent dans vos poches et en ne donnant rien en réciprocité !
Ils sont tous invités à la table du Premier Magistrat, tant pour caresser son ego lors des séances du Conseil municipal, que pour flatter leurs papilles gustatives. Il est vrai que lorsque l’on vous offre un repas à 250 €, çà ne se refuse pas ! Mais à ce prix, on fait manger une famille pendant deux semaines !
Les « Socialistes » d’aujourd’hui sont plus qu’une « gauche-caviar », ils sont devenus abjects dans un comportement qui a perdu ses repères par rapport aux idées qu’ils répandent mensongèrement. 

Jacky Daguine
2014.04.15

Repas de gala.jpg

08/04/2014

LE GRAND MENSONGE !

 LE GRAND MENSONGE !

 Nous sommes en novembre 2012... Avec les mensonges du maire et du président de la Communauté de communes confondus dans un seul creuset, voici ce que la presse, c'est-à-dire les journaux locaux sont amenés à écrire :
« À terme, fin 2013, le Prea (Parc régional d’activité économique, situé sur la route départementale 118, sur la commune de Pieusse), générera plus de deux cents emplois » !
Fin juin 2013, même discours lors de la visite de chantier du Prea qui n’en finit pas d’être en chantier... La presse est toujours là, disponible à souhait pour flatter l’ego de nos élus.
Février 2014 : les élections ne sont pas loin. Alors, on revisite le chantier et l’on prend une fois de plus les médias locaux en otage. C’est désormais la promesse de 250 emplois... venus du Monde Entier !
On n’arrête pas le mensonge avec des « relais » qui se complaisent à faire passer celui-ci pour vérité. Chacun peut aller constater que l’on nous a menti, à ce niveau comme à tant d’autres ! Arriverons nous enfin à quitter ce bandeau qui nous aveugle ? Il faut, tout de même être naïf pour continuer à croire de telles balivernes, alors qu’il n’y a pas de miracle économique sur Limoux, même avec l’injection du « pognon » de la Région.  

Jacky Daguine

2014.04.08

Prae1.jpgPrae2.jpgPrae3.jpgjean-paul dupré,mensonge,parc régional d'activité économique,prea,presse,novembre 2012,juin 2013,février 2014,élections,250 emplois

Info Culture : Vernissage de l'exposition "Marie Petiet (1854-1893), être femme peintre au dix-neuvième siècle".

Le Musée Petiet
a le plaisir de vous convier au vernissage de l'exposition :
Marie Petiet (1854-1893)
Etre femme peintre au dix-neuvième siècle.Musée Petiet - Vernissage.jpgMusée Petiet - Vernissage2.jpg

Cette exposition se tiendra au Musée Petiet de Limoux, du 1er avril 2014 au 20 juin 2014. Réalisée en partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Carcassonne, elle sera présentée du 4 juillet au 27 septembre 2014.

Musée Petiet
Promenade du Tivoli - 11300 - Limoux
Tél. 09.63.68.34.54
musee.petiet@orange.fr

musée petiet,limoux,musée des beaux-arts,carcassonne,1 avril 2014 au 20 juin 2014,1 avril 2014,4 juillet 2014 au 27 septembre 2014
Mme Françoise Sarret, Mme Marie-Noëlle Maynard et les élus de la nouvelle Municipalité. 

05/04/2014

SEULE LA "VIEILLE GARDE" !

SEULE LA "VIEILLE GARDE" !

 Les militants, les combattants, ceux qui affichaient, posaient des tracts, s'impliquaient à tous les instants sur un seul appel du "local PS"... Où sont ils ?
Quelques vétérans décorés par le Parti de Jean-Paul Dupré pour leur "abonnement" à la "Carte Rose" sont encore dans la salle pour faire nombre. C'est, comme pour Napoléon, la "Vieille Garde", celle des Grognards à qui on sait flatter l'oreille, toujours croyants dans un idéal auquel ils sont fidèles par habitude et tradition.
Les bonapartistes défenseurs de la République ont disparu ; restent quelques napoléoniens qui croient encore au grand "Empire" de l'Aigle aux ailes brisées. L'exil est pour bientôt !
Les troupes désertent, les vrais soldats ont disparu, les adhésions des jeunes sont insignifiantes. Nous sommes loin de l'engagement de Pierre Bayle dans les rangs d'une "armée" devant sauver la République. Ce Parti local n'est qu'une ombre sans sa "Vieille Garde". Tout se craquelle, se morcelle et ne répond plus à une unité administrative, tant au niveau de l'arrondissement que de la circonscription.
Mais ignorante des mises à mal de ses "arrières gardes", c'est-à-dire de l'axe Quillan-Castelnaudary, la "Vieille Garde" croit avoir gagné ! L'obscurantisme entretenu par le mensonge auprès des militants est une cécité qu'il faudra guérir avant qu'elle ne devienne pérenne ! 

Jean-Paul Gnose
2014.04.05
 

Napoléon - Vieille Garde.jpg

CE QUE J'AI VU DEPASSE L'ENTENDEMENT. J'AI VU DES MOUTONS DONNER TOUS LES POUVOIRS AU MAIRE !

Limoux : 3 avril 2014
 Notre première séance au Conseil municipal.

Logo rond à gauche enfin1.jpgD'après le titre de la Dépêche du Midi du 4 avril 2014 : "Ambiance studieuse dans la nouvelle salle entièrement relookée du Conseil municipal". Ce n'est pas tout à fait comme cela que j'aurais caractérisé l'ambiance. D'abord, au départ, peu de chaises. J'ai dû réclamer des chaises et encore tout le monde n'a pas pu s'asseoir. La salle n'est pas prévue pour accueillir du public. Les tables sont disposées autour de la salle, provoquant de ce fait un trou énorme en son milieu.
La démocratie qui commence par l'accueil du public dans des conditions décentes n'a donc pas été respectée ; pas plus de démocratie non plus dans la suite des événements.
L'accès à l'information relative aux affaires de la collectivité. Tout citoyen peut assister aux délibérations du Conseil municipal, consulter ses délibérations comme les budgets de sa commune. Ce droit à l'information et à la communication de documents budgétaires est affirmé par la loi du 6 février 1992, comme un principe essentiel de la démocratie locale. Si le citoyen se voit refuser l'accès à ces documents, il peut saisir la Commission d'accès aux documents administratifs (CADA).
Maintenant, comme on pourrait s'y attendre en toute démocratie, il y aurait séparation des pouvoirs. Le maire serait investi du pouvoir exécutif ; il prépare et exécute les décisions du conseil municipal. Eh bien non ! Les votes ont permis au maire d'avoir les pouvoirs absolus. Ce que j'ai vu dépasse l'entendement ; j'ai vu des moutons donner tous  les pouvoirs au maire.
Et de plus, à propos de l'intervention de l'élu de notre liste Jean-Didier Carré, comme le rapporte le journal La Dépêche : sans doute l'intervention, la seule méritant d'être retenue, revient-elle à Jean-Didier Carré, seul représentant de la liste de "la Gauche Enfin" concernant les indemnités des élus. Sans remettre en cause celles-ci attribuées au maire et aux adjoints, il a proposé à l'assemblée pour chaque conseiller de celle-ci une indemnisation à hauteur de 228 euros par mois, qui serait prélevée sur la dotation du maire et des adjoints en réparation de la mobilisation du temps et des frais de déplacement. "Le cas de figure des déplacements des conseillers municipaux est pris en compte a rétorqué le maire et nous maintiendrons le mode des indemnités de fonction en l'état.
Peut-être que peu habitués au fonctionnement de la démocratie, les conseillers municipaux non adjoints n'ont pas besoin d'être payés en retour, pendant que d'autres sont payés à être au service du maire qui a de fait tous les pouvoirs !

Blog Limoux à gauche, Enfin !
Vendredi 4 avril 2014
Philippe Laneres
http://limoux.gauche.enfin.free.fr

Carré Jean-Didier.jpg
M. Jean-Didier Carré, seul élu de la liste Limoux, à gauche enfin !
s'entretient avec ses colistiers avant le début de la séance du
Conseil municipal du 3 avril 2014.

Les indemnités d'élus

Voici la déclaration de Jean-Didier Carré : "De nouvelles responsabilités ont fait jour pour tous les élus et particulièrement les conseillers municipaux qui sont en grande majorité des conseillers communautaires. Les temps de trajet, de réunion ou de présence aux manifestations et événements représentent une part de plus en plus importante du temps des élus. Jusqu'à aujourd'hui, les conseillers municipaux et/ou communautaires représentaient la seule fonction élective française à ne pas bénéficier d'un quelconque dédommagement. Or, la loi prévoit une indemnité pour les conseillers municipaux à hauteur de 6 % de l'indice brut 1014 de la fonction publique territoriale à condition qu'elle soit versée à partir de l'enveloppe globale destinée aux élus et qu'elle soit votée en conseil municipal. L'indemnité prévue est donc de 228 € mensuels maximum par conseiller municipal". 

Réponse de Jean-Paul Dupré

Jean-Paul Dupré, le maire, lui a répondu qu'en effet, seuls le maire et les adjoints bénéficiaient d'indemnités : "mais que les conseillers voient leurs frais pris financièrement en charge". La proposition de M. Carré n'a donc pas été retenue. Et le chapitre a été voté par les conseillers de la majorité. Ceux de l'opposition menée par Pierre Bac (liste Limoux Renouveau) se sont abstenus. M. Carré votant contre.

Journal L'Indépendant
Limoux
Edition du samedi 5 avril 2014
B. C.

04/04/2014

A LA PYRRHUS !

À la Pyrrhus !

Certains savent ce que veut dire une victoire à la Pyrrhus... Ce général, il y a 2400 ans remporta une grande victoire sur les Romains grâce à ses éléphants (il ne s'agissait pas alors de ceux du PS) !

Il voulut, malgré les nombreuses pertes enregistrées dans ses rangs (à l'exemple aujourd'hui de la défection du PS), poursuivre son combat.

Il fut battu après une défaite infamante (comme celle du PS, le 30 mars dernier), à cause de l'échec de ses troupes et de ses éléphants (qui à l'époque n'étaient pas roses).

Ainsi est, une victoire à la Pyrrhus, chère payée pour le moral des troupes qui se défient de leur chef, privé de son rayonnement dans une région, un territoire, mais qui se cramponne à son fief, bientôt réduit peut-être, à un village d'irrésistibles ?

Une victoire à la Pyrrhus laisse des traces indélébiles et les stigmates seront longs à cicatriser... à moins que ce général, avant de se saborder ne rectifie ses attitudes envers ses adversaires. Ce serait une bonne stratégie à défaut d'intelligence !  

Jean-Paul Gnose
2014.04.04

pyrrhus,parti socialiste,jean-paul dupréArtiste : Angelo Todaro.

LIMOUX : UN PREMIER CONSEIL POUR FIXER LES COMMISSIONS MUNICIPALES.

 Le nouveau conseil municipal s'est réuni hier soir pour désigner les présidents de commissions et les représentations.

 Une séance «technique» mais très suivie. Pédagogique et feutrée la première séance du conseil municipal a été réservée exclusivement à la désignation des représentants aux diverses commissions. Ambiance studieuse dans la nouvelle salle entièrement relookée du conseil municipal, hier soir à 19 heures pour la première séance du conseil sorti des urnes et le retour de l'opposition avec 7 conseillers après l'éclipse du dernier mandat. Après le tumulte, voire la fureur mondaine de la sous-préfecture en fin d'après-midi où le sous-préfet, Sébastien Lanoye, fêtait son départ, les élus limouxins, le nez plongé dans un ordre du jour conséquent, sacrifiaient, une première pour certains, au long et fastidieux exercice de la désignation des représentants aux diverses commissions. Si l'on nous autorise la métaphore, pour bien préparer le bolide, on a attribué aux uns et aux autres le pouvoir d'utiliser les bons outils. En attendant, car l'épreuve est pour plus tard. Cette séance inaugurale, sans fait marquant, au cours de laquelle Jean-Paul Dupré a énoncé les 78 points de l'ordre du jour, a été mise à profit, de manière plutôt réservée par l'opposition de Limoux Renouveau notamment par la voix de M. Cuomo, à fin de renseignement sur tel ou tel sujet. En parfaite courtoisie. Sans doute l'intervention, la seule méritant d'être retenue, revient-elle à Didier Carré, seul représentant de la liste de «la Gauche Enfin» à propos des indemnités des élus. Sans remettre en cause celles-ci attribuées au maire et aux adjoints, il a proposé à l'assemblée pour chaque conseiller de celle-ci une indemnisation à hauteur de 228 euros par mois, qui serait prélevée sur la dotation du maire et des adjoints, en réparation de la mobilisation du temps et des frais de déplacement. «Le cas de figure des déplacements des conseillers municipaux est pris en compte a rétorqué le maire et nous maintiendrons le mode des indemnités de fonction en l'état ». Les affaires sérieuses débuteront dans moins d'une semaine, le 10 avril à 18 h 15, avec une séance consacrée à la modification des statuts de la communauté de communes du Limouxin, les décisions prises en application de l'article L2122-22 du code général des collectivités territoriales et le débat d'orientation budgétaire.

La Dépêche du Midi
Edition du 4 avril 2014

conseil municipal,commissions municipales,jeudi 3 avril 2014,jean-didier carréUne salle du conseil relookée pour cette première séance de la nouvelle assemblée.
Photographie : DDM - Didier Donnat.

LE CHÔMAGE EXPLOSE EN FEVRIER ET BAT UN NOUVEAU RECORD !

Dupré chômage.jpgChômage février 2014.jpg

Monsieur le président national des Missions locales pour l'emploi n'assume pas ! Chez nous, en février, 14 chômeurs de plus chaque jour !

 Cumul des mandats :
"Qui trop embrasse mal étreint"

Ohé, Ohé capitaine Dupré,
réveillez-vous, le bateau coule !

Chez nous, en Février :
14 chômeurs de plus chaque jour !
Situation tragique.
Jean-Paul Dupré, président national des Missions locales pour l'emploi, abandonne le navire à la dérive !
La ville de Limoux frôle le record national des sans emploi !

Pôle Emploi - Logo.jpg
Février 2014 - Aude

Hausse de 1,6 % par rapport à la fin du mois de janvier  2014 en catégorie A.

A la fin du mois de février 2014, dans le département de l’Aude, 23 801 personnes sont inscrites à Pôle emploi en catégorie A.

Ce nombre est en hausse de 1,6 % par rapport à fin du mois de janvier 2014 (soit 382 demandeurs d’emploi supplémentaires). Sur un an, il augmente de 5,8 %. Sur l’ensemble de la région, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A augmente de 1% par rapport à janvier (+6,1 % en un an).

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C s’établit à 33 091 dans l’Aude à la fin du mois de février 2014. Ce nombre reste stable par rapport à janvier (soit 13 demandeurs d’emploi de moins). Sur un an, la hausse est de 4 %. Sur l’ensemble de la région, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C reste stable par rapport à janvier (+4,6 % en un an).

Source :
Observatoire Statistique
Pôle Emploi Languedoc-Roussillon

Pôle Emploi - Logo.jpg

missions locales pour l'emploi,jean-paul dupré,chômage,aude,février 2014,emploi,rsamissions locales pour l'emploi,jean-paul dupré,chômage,aude,février 2014,emploi,rsa

01/04/2014

Merci François, Merci Jean-Paul : les classes moyennes principales victimes de la réforme des allocations familiales.

Près de 3,5 millions de ménages voient fondre leurs aides pour redresser la branche famille de la Sécu.

Allocations familiales - Le Figaro.jpg
Photographie : Sébastien Soriano - Le Figaro.

 Les premiers effets de la baisse des dépenses publiques sur les ménages, c'est maintenant. L'essentiel de la réforme des allocations familiales, présentée en juin 2013, entre en effet en vigueur ce mardi 1er avril. Pour redresser les finances de la branche famille de la Sécu - 2,5 milliards de déficit l'année dernière - le gouvernement a mis à contribution les familles. D'ici à la fin de la décennie, 3,5 millions d'entre elles sentiront l'effet de ce plan de rigueur qui générera 1,54 milliard d'euros d'économies, d'après les dernières estimations de la Caisse nationale des allocations familiales. Le gouvernement a toutefois revalorisé les aides familiales en faveur des plus pauvres aussi, avec 400.000 «gagnants» à la clé.
À cause de la complexité des aides familiales, il est difficile de savoir qui figure parmi les plus grands perdants de la réforme. En première ligne, on retrouve toutefois les couples élevant plus de trois enfants. Ils perdront en moyenne 790 euros par mois. Par ailleurs, les jeunes familles, composées d'enfants entre zéro et trois ans, souffriront beaucoup. Les coupes se concentrent en effet largement sur les aides à la petite enfance. Enfin, malgré la volonté de l'exécutif de «recentrer les prestations sur les familles en ayant le plus besoin», 8% des perdants seront des ménages pauvres.
À partir de ce 1er avril, l'allocation de base de la Paje (prestation d'accueil du jeune enfant) est réduite de moitié pour les couples gagnant plus de 4000 euros à deux. Seuls les nouveaux parents seront concernés. Plus de 200.000 familles seront touchées à l'issue de la montée en charge du dispositif, en 2017.
L'allocation de base de la prestation d'accueil du jeune enfant ainsi que la prime de naissance et d'adoption ne sont pas revalorisées, et ce jusqu'en 2016. Cette mesure qui ne s'applique, là encore, qu'aux nouveaux bénéficiaires, touchera 1,8 million de familles lorsqu'elle tournera à plein.
La majoration de 184 euros par mois du complément de libre choix d'activité, qui bénéficie aux parents les plus aisés (revenu d'environ 4500 euros par mois pour deux enfants), est supprimée pour les nouveaux parents à partir du 1er avril. Près de 50.000 familles seront ainsi pénalisées à terme.
Le complément familial sera majoré, d'ici à 2018, de 50% pour les parents de 3 enfants et plus vivant sous le seuil de pauvreté. Près de 428.000 familles se trouvent dans ce cas. L'allocation de soutien familial, versée aux parents isolés, qui n'ont pas ou très peu de pension alimentaire, sera pour sa part augmentée de 25%.
À noter que les allocations familiales qui ne sont pas concernées par les coupes budgétaires, seront revalorisées de 0,6% à partir d'avril.

Journal Le Figaro
1er avril 2014
Guillaume Guichard

L'EROSION... C'EST MAINTENANT !

Statue s'écroule.jpg

L'érosion... c'est maintenant !

L'impact du député Dupré, sur la troisième circonscription de l'Aude était, paraît-il extraordinaire (?). Son soutien aux amis des villes qu'il représente à l'Assemblée Nationale fut tellement important qu'ils ont été pour la plupart battus !
Dupré est désavoué à Quillan, à Espéraza, et même à Carcassonne où il est en partie mandataire ; ce n'est pas mieux dans les hameaux, bien qu'il se targue d'être le défenseur de la ruralité.
L'homme est seul désormais ! Il ne peut trouver des alliés que dans les petites communes régentées par Pierre Durand. Alors, qui est le vrai "patron" en Limouxin ? Ce n'est plus le député qui n'apporte rien sur son terrain, sinon la désolation par ses votes à l'Assemblée Nationale ! Quand on est "panurgien", on ne se refait pas.
La prise de conscience prend forme peu à peu et chacun l'exprime en mesurant la distance qui existe entre Paris et notre microrégion. L'Intelligence n'est pas l'apanage de la Capitale et l'Ignorance n'est pas le seul domaine de la Troisième circonscription de l'Aude. La Haute Vallée n'est pas ignare !
Jusqu'à présent, Dupré a niché dans la coquille des autres comme un bon bernard-l'hermite, mais, avec son parisianisme exacerbé, il a eu tôt fait de perdre tous les fondamentaux.
La base se fragilise et les prochaines élections à venir vont montrer à cet "hercule" de la politique que ses pieds en argile sont friables. L'érosion a commencé, il va s'écrouler ! 

Paul Genois
2014.04.01

AVEC PRES DE HUIT POINTS D'AVANCE SUR LA LISTE MAUGARD (DVG), LA LISTE "TOUS POUR QUILLAN" DE PIERRE CASTEL, REMPORTE UNE BRILLANTE VICTOIRE.

 QUILLAN : 19 ANS APRES,
LA DROITE RETROUVE LES MANETTES.
 

Castel Pierre.jpg
Pierre Castel (47,68 %) a largement devancé les listes de Christian Maugard (39,81 %) et de Mohamed el Habchi (12,51 %). Le dépouillement confirmait vite la tendance. Photographie : Nicolas Van den Bussche. 

Plus qu’une victoire, c’est un véritable raz-de-marée qui s’est abattu, dimanche soir, sur Quillan, pour le second tour des élections municipales. Après le résultat relativement serré du premier tour, la liste divers droite du candidat Pierre Castel a finalement doublé son avantage, passant de quatre à huit points d’avance sur la liste de Christian Maugard (DVG). Un fossé de 158 voix qui permet à la droite de retrouver les commandes de la cité des trois Quilles, 19 ans après la sortie de la vie politique de Paul Mullot. Un succès largement applaudi, dimanche soir, dans le hall de la mairie pour l’annonce des résultats. Puis à la Chaumière où la liste “Tous pour Quillan” organisait une réception pour célébrer la victoire jusqu’à tard dans la nuit. La liste “Tous pour Quillan” s’impose, de fait, avec la manière.
Bien loin d’avoir fait le plein de ses voix lors du premier tour, la liste Castel a donc remporté, dimanche, 257 voix de plus qu’au premier tour (957 contre 742) et confirmé son avantage. La liste de Christian Maugard n’a gagné que 127 voix (799 contre 672). Tandis que la liste Quillan, un nouveau souffle (DVG), conduite par le docteur Mohammed el Habchi perdait quant à elle 71 voix (251 contre 322). La très forte participation (80,98 %) et le report de voix de cette triangulaire ont donc ainsi été largement favorables à la liste conduite par Pierre Castel. Divisée depuis le début de la campagne, la gauche locale se retrouve finalement engloutie par la vague bleue quillanaise. Une douche froide qui devrait lui servir de leçon pour les prochains scrutins à venir. Maire depuis 19 ans, Maurice Aragou (PS) passera donc le relais en fin de semaine à la nouvelle majorité. Le nouveau conseil municipal sera composé de 17 membres de la liste Tous pour Quillan. L’opposition comptera sur cinq membres de la liste Maugard, tandis qu’un siège reviendra à la liste el Habchi. La victoire de Pierre Castel à Quillan viendra également conforter l’opposition du conseil communautaire des Pyrénées Audoises en remportant neuf sièges. La liste Maugard en récupérera trois. 

Journal L'Indépendant
Edition du 1er avril 2014
Quillan
Nicolas Van den Bussche.

LE PRESIDENT DEPARTEMENTAL DE L'UMP, EMMANUEL BRESSON, ET LE CONSEILLER GENERAL, STEPHANE LINOU, BATTUS AU 1ER TOUR PAR LE SORTANT PATRICK MAUGARD, CONTESTENT SA REELECTION.

Castelnaudary : un recours en annulation
de Bresson et Linou.
 

Au lendemain d’un second tour des municipales marqué par la perte pour la gauche audoise de Carcassonne et Narbonne, c’est le 1er tour chaurien qu’Emmanuel Bresson a remis au coeur de l’actualité. Hier soir, le président départemental de l’UMP, candidat malheureux à la magistrature suprême à Castelnaudary face au sortant Patrick Maugard, a en effet confirmé par communiqué qu’il n’entendait pas tenir pour achevée cette bataille électorale.
C’est désormais à la justice administrative que le candidat confie le soin de se pencher sur la réélection au 1er tour de Patrick Maugard, vainqueur dès le soir du 23 mars avec 50,19 % des voix. Dans le texte adressé à notre rédaction, celui qui avait mené en cette année 2014 sa première campagne chaurienne confirmait ainsi qu’il engageait avec Stéphane Linou, le conseiller général également battu au 1er tour, un recours commun en annulation de cette élection du 23 mars. Un recours enregistré le vendredi 28 mars au tribunal administratif de Montpellier, et que le président de l’UMP estime justifié « après avoir constaté de nombreuses irrégularités au regard du code électoral, pendant la campagne, le jour du vote et après », mais aussi « eu égard au très faible nombre de voix qui a privé la population chaurienne d’un second tour (9 voix) ».
Porté par un avocat parisien, le dossier qui vaut aux deux battus du 1er tour de contester la régularité de l’élection du sortant Patrick Maugard s’appuie sur de multiples données : « Parmi les moyens tendant à démontrer le bien-fondé du recours en annulation nous soulignons les violations suivantes du code électoral. Avant le jour du vote : distribution hors délai légal de tracts accusateurs et mensongers susceptibles d’avoir modifié le choix d’un certain nombre d’électeurs, pressions sur des électeurs, etc... Le jour du vote : tenue des bureaux par des personnes non habilitées, manipulations illicites d’enveloppes,... » Autant de points, qui expliquait hier soir Emmanuel Bresson, « nourrissent chaque jour ce recours ».
Et de revenir plus en détail sur les fameux « tracts accusateurs », qui énuméraient les “11 raisons de ne pas voter Bresson”, et que l’équipe adverse aurait selon lui généreusement distribués sur le marché le samedi 22 mars, « alors que la campagne était close depuis le vendredi minuit ». Un exemple parmi d’autres, auquel le candidat malheureux ajoute un « refus des services de la mairie de nous communiquer l’ensemble des éléments relatifs aux 244 procurations mentionné sur les procès verbaux ». Un épisode daté du mardi 25 mars, qui a donc débouché sur une demande au tribunal administratif de Montpellier « d’une mesure d’injonction à l’égard de la commune de Castelnaudary aux fins de fournir l’ensemble de ces éléments ».
S’il assurait avoir été « très réticent à s’engager dans cette voie », Emmanuel Bresson assure être désormais « affligé » par les irrégularités dont il accuse la partie adverse. Un sentiment qu’il dit partager avec Stéphane Linou, et qui justifie donc selon lui cette démarche commune : « Nous n’avons pas les mêmes convictions politiques. Mais on est d’accord sur un principe : que le match démocratique se déroule dans les règles. Ça n’a pas été le cas".

Journal L'Indépendant
Edition du 1er avril 2014
Castelnaudary
Antoine Carrié

Bresson Emmanuel - L'Indépendant.jpg

Communiqué
d'Emmanuel Bresson et de Stéphane Linou.

 

Communiqué des têtes de listes Stéphane Linou pour "Agir Local et Autrement" et Emmanuel Bresson pour "Castelnaudary Renouveau" :

 

Nous avons été contraints, après avoir constaté de nombreuses irrégularités au regard du code électoral, pendant la campagne, le jour du vote et après, et eu égard au très faible nombre de voix qui a privé la population chaurienne d'un second tour (9 voix), à déposer vendredi dernier un recours commun en annulation des élections municipales du 23 mars 2014, enregistré au Tribunal Administratif de Montpellier.
Parmi les moyens tendant à démontrer le bien-fondé du recours en annulation nous soulignons les violations suivantes du code électoral : Avant le jour du vote, distribution hors délai légal de tracts accusateurs et mensongers susceptibles d'avoir modifié le choix d'un certain nombre d'électeurs, pressions sur des électeurs, etc...
Le jour du vote : tenue des bureaux par des personnes non habilitées, manipulations illicites d'enveloppes, etc...
En outre, suite au refus des services de la mairie de nous communiquer l'ensemble des éléments relatifs aux 244 procurations mentionné sur les procès verbaux, nous avons par l'intermédiaire de notre avocat, demandé au Tribunal Administratif de Montpellier qu'il prononce une mesure d'injonction avant dire droit et immédiate à l'égard de la Commune de Castelnaudary aux fins de fournir l'ensemble de ces éléments sans préjudice des conclusions aux fins d'annulation.
Le droit à l'égalité de traitement entre candidats est un droit constitutionnellement garanti et qui ne saurait être bafoué, nous laissons à l'appréciation de la justice le soin d'analyser ces éléments.
Dans l'attente respectueuse du jugement et fidèles au mandat confié par les chauriens, nous siégerons de manière constructive et intelligente au sein du Conseil Municipal.